Guide 1 : Comprendre le tourisme dans votre destination

Ce que ce guide vous explique :

Ce guide vous explique pourquoi il est important de comprendre le tourisme, en présentant quelques-unes des questions essentielles que vous devez poser et auxquelles vous devez répondre, ainsi que certaines manières de remédier aux lacunes de données, par exemple en utilisant les ressources d’autres partenaires. Suivez-nous sur la voie de la réussite.

Étapes du succès :

Pourquoi c’est important

Toutes les écoles de commerce du monde enseignent : « ce qui n’est pas mesurable n’est pas gérable ». Il n’est pas possible de gérer le tourisme ou de le contrôler de manière positive sans avoir une compréhension fondamentale de ce qu’il est, de la façon dont il affecte les lieux et les individus et de la forme qu’il pourrait prendre à l’aide de mesures positives avisées. Pour assurer que les ressources peu nombreuses disponibles en vue du développement du tourisme et de la protection du patrimoine soient utilisées à bon escient, il est indispensable que, dans toute la destination, on comprenne bien ce qui marche, ce qui ne marche pas et quelles sont les possibilités de croissance ou de développement durables. Le tourisme n’est pas toujours une bonne chose : certaines formes de tourisme sont beaucoup plus durables que d’autres.

Presque toutes les destinations auront beaucoup à gagner d’une amélioration de l’information et des données, pas seulement du point de vue de la gestion du patrimoine, mais aussi du point de vue de celle du tourisme. Vous devez donc travailler en ce sens, comme l’ont fait d’autres sites avant le vôtre, souvent avec des ressources limitées. Recherchez les exemples qui vous semblent le plus pertinents dans les pages « Ressources » .

Commencez par le plus simple : définir votre champ d’action

Identifiez clairement où se trouve et ce qu’est votre « destination ». Une destination est l’espace physique dans lequel un touriste passe ses vacances. Elle englobe toute une gamme de services, de produits et d’expériences :

  • Les attractions qui intéressent les visiteurs
  • Leurs lieux d’accueil et d’hébergement
  • Les moyens de transport
  • Les lieux où ils s’alimentent et se rafraichissent
  • Les magasins de détail où ils font leurs achats
  • Les galeries et musées qu’ils visitent
  • Et souvent la ville, le bourg, le village ou les maisons où habite la communauté locale.

Un site du patrimoine mondial peut constituer à lui seul une destination mais, le plus souvent, il est situé dans ou fait partie d’un site plus large, dont il est l’attraction ou l’une des attractions essentielles. Le Programme de l’UNESCO sur le patrimoine mondial et le tourisme durable est basé sur le besoin de gérer le tourisme à l’échelle de l’ensemble d’une destination – gérer les problèmes simplement à l’intérieur des limites de chaque site du patrimoine mondial ne serait pas efficace.

C’est pourquoi il importe de définir ce qui constitue votre destination au sens large et, pour ce faire, il pourra être utile d’examiner ce qui se passe en d’autres lieux. Par exemple, le site du patrimoine mondial d’Angkor Wat est l’attraction mais la destination est la ville de Siem Reap, où le site du patrimoine mondial d’Uluru‑Kata Tjuta (appelé autrefois « Ayers Rock ») est l’attraction mais la destination est la ville d’Alice Springs.

Les indications simples qui suivent ont pour but de vous aider à résoudre les défis posés par le tourisme à l’échelle d’une destination; c’est pourquoi il est nécessaire de définir clairement les limites géographiques de la destination dont vous vous occupez : où elle commence et où elle finit.

Que savez-vous au juste sur la destination ?

Vous devez disposer de certaines données essentielles sur votre destination. Il pourrait être utile d’avoir votre liste de réponses dans un document séparé pour pouvoir y revenir plus tard.

Etes-vous en mesure de répondre aux questions suivantes ?

  • Combien de touristes recevez-vous par an ?
  • Combien de temps passent-ils dans votre destination ?
  • Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ?
  • Attirez-vous les segments les plus avantageux du marché du tourisme ? Quels résultats obtenez-vous par rapport à d’autres destinations comparables ?
  • Comment les touristes arrivent-ils à votre destination ? Comment s’y déplacent-ils ? Où vont-ils ensuite ?
  • Qu’est-ce qui les attire ? Que savent-ils de votre site ?
  • Qu’est-ce qui les intéresse ? Comprennent-ils ce qu’est la valeur universelle exceptionnelle (VUE) de votre site ?
  • Quel est l’impact, positif et négatif, des visiteurs sur le plan social, économique, culturel et écologique ? Comment affectent-ils la gestion du patrimoine du site ?
  • Où et sur qui ou quoi portent ces impacts ?
  • Combien de visiteurs votre site/destination peut-il accueillir dans une perspective durable ?
  • Connaissez-vous l’ampleur, la qualité, les capacités et l’emplacement de votre infrastructure touristique (hôtels, restaurants, services de transports, boutiques d’aliments et de boissons, activités de loisirs, commerces de détail) ?
  • Comment les visiteurs dépensent-ils leur argent ? Qui bénéficie de ces dépenses ? Qui n’en bénéficie pas ?
  • Qui supporte les coûts du patrimoine ?
  • Qui inclure dans un partenariat pour permettre des changements positifs dans votre destination ?

Si vous ne pouvez répondre à ces questions, ou à d’autres questions spécifiques du même type sur votre site, il est nécessaire que vous consacriez un peu de temps à essayer d’y répondre avant d’essayer de changer quoi que ce soit.

Quatre choses cruciales que vous devez mesurer et comprendre – et pourquoi

Comprendre le tourisme est la première étape indispensable pour pouvoir le gérer de manière plus efficace. Il est surprenant de constater que peu de sites du patrimoine mondial recueillent des données précises sur la base de quelques indicateurs clés pour le tourisme. Disposer de données de qualité est indispensable pour pouvoir à la fois surveiller les risques potentiels pour le site ou la communauté hôte et pour assurer que les interventions soient ciblées de manière efficace. Les quatre thèmes ci-après sont essentiels à la bonne compréhension des possibilités offertes par le tourisme dans votre destination.

1) L’offre

Pour gérer le tourisme de façon efficace, une destination doit comprendre les aspects de l’offre qu’elle représente, en réalisant un inventaire des atouts et de l’infrastructure touristiques et en évaluant les possibilités de croissance et les changements dans le temps. L’efficacité d’une destination exige de s’assurer certains revenus et dépend fortement de la localisation, de l’ampleur, des capacités et de la qualité de l’hébergement, du système de transport, des commerces d’alimentation, de boissons et de détail, et des activités de loisirs et des attractions proposées aux visiteurs. Chaque destination should have a simple and up to date inventory of its tourism assets and visitor attractions.

2) La demande

Les sites doivent aussi comprendre la demande du secteur du tourisme :

  • Le nombre de visiteurs potentiels, l’augmentation ou la baisse de ce nombre.
  • Qui sont les visiteurs? Quand viennent-ils ?
  • Pourquoi viennent-ils, et quelle est la durée de leur séjour ?
  • Combien d’argent dépensent-ils et à quoi ?
  • D’où viennent ils ?
  • Par quoi sont-ils attirés ? Comment ont-ils été informés du site, que savent-ils de ses valeurs et de la communauté hôte ?
  • Sont-ils satisfaits de leur visite ?
  • Comment cela évolue-t-il dans le temps, et la destination attire-t-elle les catégories de visiteurs les plus avantageuses ?

Cette information est cruciale parce que vous pourrez en avoir besoin plus tard pour justifier des investissements et une nouvelle infrastructure. Toutes les destinations devraient au minimum mesurer le degré de satisfaction des visiteurs.

3) Voix de la communauté – impact sur la communauté

Il est essentiel qu’une destination réfléchisse soigneusement à l’impact positif et négatif potentiel du tourisme sur la communauté hôte et sur son patrimoine culturel immatériel. Communiquez avec la communauté afin de connaître ses besoins, ses préoccupations et ses aspirations. Un principe fondamental du tourisme durable est que la communauté hôte doit pouvoir faire entendre sa voix au sujet des activités touristiques qui l’affectent. Il arrive fréquemment que l’on se préoccupe des souhaits de la communauté seulement après que tout ait été décidé – cela est une grave erreur qui ne peut susciter que méfiance et apathie dans la population locale.

4) Impact sur le patrimoine et impact culturel, social et écologique

Le point le plus important en ce qui concerne les sites du patrimoine mondial est de bien comprendre le patrimoine – et ce qui peut ou ne peut pas avoir lieu à proximité de celui ci. Il est souhaitable que chaque site dispose d’un plan de gestion du patrimoine analysant clairement les impacts et les opportunités liés au tourisme, et identifiant clairement aussi les problèmes et les domaines de préoccupation à résoudre. Il est essentiel, pour une gestion efficace du patrimoine, que le personnel de la destination comprenne et surveille l’impact écologique, culturel et social passé, présent et potentiel du tourisme. Dans de nombreux sites, il sera possible de trouver les moyens de gérer le tourisme et la croissance du tourisme de manière durable mais il faut pour cela que les gestionnaires de site comprennent quand un impact devient destructeur et requiert une intervention. Il est aussi important de connaître et d’étudier les opportunités de carrière locales (avec des salaires équitables) qu’offrent les entreprises liées au tourisme en respectant l’égalité des chances et en assurant la sécurité sur le lieu de travail. Réfléchissez soigneusement aux problèmes de viabilité et à l’expérience des visiteurs. Réfléchissez soigneusement aux problèmes de viabilité et à l’expérience des visiteurs. Il importe aussi de surveiller les risques et les impacts négatifs dans le temps, afin de pouvoir intervenir de manière appropriée en temps opportun dans les domaines qui suscitent des préoccupations.

Ces quatre domaines d’action sont décisifs pour une gestion efficace des destinations. Chaque destination de site du patrimoine mondial doit se demander dans quelle mesure elle comprend ces questions. Le but n’est pas d’imposer une réglementation pesante en matière de conservation ; il s’agit de développer et de gérer la destination dans l’intérêt des entreprises locales et de la communauté hôte, et de sensibiliser les acteurs concernés au fait que certaines choses ne sont pas possibles dans un site reconnu comme faisant partie des sites historiques ou des paysages naturels les plus importants et les plus précieux du monde.

 Regroupez en un lieu unique les données et informations clés sur votre destination 

Inventoriez simplement les données disponibles sur les questions de tourisme qui concernent la destination. Cela, qui fera gagner beaucoup de temps aux parties prenantes, est un exercice utile pour un organe de conservation ou de gestion ou une entreprise commerciale.

La connaissance et les données étant sources de pouvoir, diffusez‑les dans l’ensemble de la destination. La plupart des macro‑données sur le tourisme ne sont pas des données sensibles ; elles peuvent donc généralement être échangées et analysées publiquement sans aucun risque pour la destination (quoiqu’elles puissent vous apprendre des choses désagréables si la destination ne fonctionne pas aussi bien qu’elle le pourrait). Il est surprenant de constater que peu de destinations du patrimoine mondial sont à même de répondre à quelques‑unes ou à la totalité de ces questions avec des données à l’appui. C’est pourquoi nous vous recommandons de regrouper toutes les données existantes  sur la destination et de les rendre accessibles, car cette information permettra aux entreprises et à d’autres acteurs de réfléchir de manière stratégique aux performances du secteur touristique.

Évaluez de façon objective si l’information concernant le tourisme dans votre destination est suffisante 

Existe‑t‑il des lacunes dans les connaissances et les données à votre disposition ? 

Vous découvrirez assez rapidement à quelles questions essentielles vous ne pouvez répondre avec les données actuellement disponibles. Faites une liste des choses que vous connaissez et que vous comprenez et une autre liste des choses que vous ne connaissez pas et qu’il serait utile de comprendre. Cette deuxième liste sera importante pour les étapes suivantes parce que vous vous en servirez pour inciter vos partenaires à combler les lacunes.

Qui peut vous aider à combler les lacunes des données dont vous disposez ?

Identifiez les différents acteurs intéressés à l’amélioration du tourisme et établissez des relations avec eux. Il existe de nombreuses manières peu coûteuses de recueillir des données. Nombre de sites du patrimoine mondial pourront établir des relations avec des universités locales ou internationales, des collèges ou même des écoles et ou des entreprises privées prêtes à consacrer du temps, de l’argent et des efforts à comprendre le tourisme et les problèmes qui lui sont liés, en s’appuyant sur les données. Si les autres méthodes ne marchent pas, ils pourront aussi recourir à des stagiaires ou à des volontaires pour étudier le marché du tourisme dans l’ensemble de la destination en s’appuyant sur des techniques d’enquête simples mais ayant fait leurs preuves.  

Le fait est qu’il existe souvent d’autres organisations intéressées à venir dans la destination pour y réaliser une enquête d’intérêt mutuel. Certaines destinations ont déjà créé un « forum d’étude des données et des impacts » regroupant les spécialistes et les universitaires intéressés ; si vous sollicitez leur concours, vous serez étonné par le nombre et la variété des acteurs qui sont potentiellement intéressés à vous aider à réaliser des enquêtes ou des analyses.  

Plusieurs choses à faire pour démarrer

Ne vous laissez pas décourager par le nombre de choses que vous ne savez pas … Commencez le travail de collecte et d’analyse des données. Dans le pire des cas, vous pourrez commencer à répondre à certaines questions essentielles en achetant une planchette à pince et en posant poliment aux visiteurs des questions dans la rue. En posant les bonnes questions à 200 visiteurs, vous commencerez à vous faire une idée de la situation du tourisme dans votre destination. De même, en interrogeant directement ou via une enquête en ligne une vingtaine d’entreprises de tourisme, vous pourrez commencer à avoir une idée générale de ce qui se passe, de ce qui marche et de ce qui ne marche pas. Un simple travail d’observation peut apprendre beaucoup de choses : prenez un plan et notez‑y ce que vous observez en termes d’encombrement, de déchets, de détérioration de l’environnement historique ou de déception des visiteurs... Ce travail ne sera pas nécessairement conforme aux plus hautes exigences des sciences sociales, mais cela n’est pas grave. 

Certaines destinations, bien entendu, disposent de ressources suffisantes pour employer des équipes professionnelles d’experts et réaliser une analyse sérieuse de ces questions – et cela est à encourager dans la mesure du possible – mais la plupart des destinations devront faire de leur mieux en s’appuyant sur leurs propres moyens ou diverses solutions pratiques en faisant appel à d’autres partenaires. Le but n’est pas de réaliser une analyse parfaite de la situation mais il est essentiel d’effectuer un certain travail d’analyse. Si vous ne disposez pas de la force de travail nécessaire, vous pouvez demander aux visiteurs de répondre à un bref questionnaire lors de leurs réservations d’hôtel ou auprès d’une agence de voyages, ou bien laisser des questionnaires dans les chambres d’hôtel. Certaines incitations, par exemple la possibilité de gagner un billet d’entrée à un spectacle local ou un dîner gratuit, sont généralement efficaces pour convaincre un nombre plus grand de personnes de répondre à ce type de questionnaire. Les destinations les plus chanceuses, ou les mieux gérées, disposent sans doute déjà d’un organe de gestion qui sera heureux de prendre l’initiative de la collecte de données sur le tourisme et, dans ce cas, il suffira d’orienter son travail et d’en étendre la portée en faisant appel à des professionnels du patrimoine.

Rendez publiques les nouvelles données que vous avez recueillies. Aussi réduit votre échantillon soit‑il, et aussi provisoires ou incertaines vos conclusions, il est nécessaire que vous publiiez ces données afin de permettre à d’autres acteurs de réagir, en vous aidant à élargir votre base d’enquête ou simplement en exprimant leur désaccord avec vos résultats et en proposant à la place des renseignements plus précis. La connaissance n’est jamais parfaite, ni achevée ; il s’agit d’un processus d’apprentissage, pour essayer de comprendre ce qui est vraiment important. Rendez-vous sur le Forum de ce site pour poster un sujet et recevoir des réponses ou pour voir les discussions des autres.

Évaluez sérieusement la durabilité : le tourisme pourra‑t‑il jamais être durable dans votre site ?

Examinez s’il existe d’autres moyens que le tourisme de faire connaître votre site et d’assurer une bonne qualité de vie à votre communauté. L’environnement mondial est confronté à de graves défis à cause de notre goût des déplacements et des voyages et de notre consommation des ressources à des niveaux qui ne sont tout simplement pas durables. Les avions, les trains, les voitures et d’autres formes de transport contribuent fortement au changement climatique par la combustion de carburants fossiles, et de nombreuses communautés doivent faire face à de graves défis en termes d’utilisation de l’eau et de traitement des eaux usées et des déchets solides. On observe dans le monde des extinctions d’espèces à un rythme sans précédent à cause de la perte d’habitats due à la production alimentaire, à la pollution et à la surpêche, et c’est pourquoi il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire d’évaluer si le tourisme est justifié. Dans l’affirmative, quel type de tourisme votre site peut‑il accueillir afin de ne pas aggraver les choses, soit directement au niveau local ou par le biais d’externalités au niveau mondial (par exemple les émissions de CO2). 

Nous avons besoin aujourd’hui d’un nouveau type de tourisme qui ne nuise pas à l’environnement et ne contribue pas au changement climatique, à la pollution et à la perte d’écosystèmes. Certains sites ont déjà pris la décision difficile de ne pas ouvrir l’accès aux visiteurs, en choisissant de faire connaître leur passé et leurs valeurs en renforçant leur présence en ligne ou en offrant un accès à distance au site et à l’histoire qui y est liée, comme le fait par exemple Saint‑Kilda en Écosse. Lorsque vous recueillez des données afin de comprendre les activités touristiques autour de votre destination, ne cherchez pas à éviter les questions difficiles : abordez-les de front pour y réfléchir. Si le besoin du tourisme est si important et même incontournable pour votre communauté, réfléchissez à la façon dont vous pouvez gérer ou empêcher ses effets directs au niveau local, et trouvez les moyens d’atténuer ou de compenser les externalités qui en résultent au niveau mondial, par exemple grâce à un mécanisme de compensation du carbone.

Download a PDF version of this guide
Le présent outil est conçu comme une source d’inspiration, un réservoir d’orientations et d’idées dans lequel choisir des éléments à mettre en pratique.

Exemples de bonnes pratiques dans le monde

pinterest