Guide 2 : Développer une stratégie de changement progressif

Ce que vous explique ce guide :

Ce guide vous explique comment développer une stratégie pour votre destination, en tenant compte à la fois du caractère sensible d’un site du patrimoine et du besoin d’activités de tourisme qui soient durables et rentables.

Étapes du succès :

 

Pourquoi c’est important

Une destination n’est pas seulement la somme de ses parties et modifier la stratégie d’une destination exige le soutien et l’engagement actifs de nombreux acteurs divers. Il est nécessaire aussi de comprendre et de prévoir les effets en cascade. Certains changements peuvent avoir des conséquences imprévues ; c’est pourquoi il est nécessaire de maintenir un certain degré de flexibilité et de prévoir les mesures à prendre en cas d’urgence.

Pour assurer la compréhension et la participation des parties prenantes, il est indispensable de définir une stratégie de gestion de la destination pour rendre le tourisme plus durable, et de convaincre les acteurs qu’ils ont un rôle décisif à jouer à la fois dans la réussite de cette stratégie et dans le maintien de la viabilité du site du patrimoine mondial.

 Identifiez les acteurs clés

Commencez par dresser la liste des acteurs clés de l’ensemble de la destination, à savoir notamment le secteur du tourisme, les spécialistes de la conservation, les représentants de la communauté et les autres personnes impliquées dans des activités de gestion économique, locale et environnementale et de protection du patrimoine. Cela ne coûte rien, juste un peu de temps et de travail, une feuille de papier et un stylo. Vous n’aurez aucune excuse si vous ne le faites pas. Une fois établie cette liste, vous pourrez commencer à identifier et analyser simplement les rôles, les responsabilités et les ressources de chacun.

Établissez des priorités sur cette liste afin de cibler les ressources. Bien que, dans ces directives, nous mettions l’accent sur l’inclusion, le respect et l’écoute de l’autre, nous recommandons aussi d’affecter en priorité les ressources à l’élaboration d’une stratégie. Pour certains acteurs, des entretiens détaillés en personne seront nécessaires, tandis que d’autres pourront être consultés dans le cadre d’un forum collectif ou d’un exercice de consultation plus large.

 Soyez attentifs à différents problèmes, enjeux et aspirations

Le tourisme durable exige la participation et le soutien de la communauté et des entreprises locales ; l’un des premiers pas doit donc consister à échanger des idées avec l’ensemble des parties prenantes de la communauté locale, du secteur économique et du secteur de la conservation. Dans certains cas, des entretiens individuels approfondis seront nécessaires et, dans d’autres, cela pourra être fait au moyen d’un forum existant ou de consultations en ligne.

Le but est d’identifier les aspirations, les préoccupations, les opportunités, les défis, les rôles et les ressources des différents acteurs. Il s’agit d’une étape essentielle du processus, qui ne peut être entreprise de façon rétrospective. Elle demandera un certain temps, mais ne doit pas nécessairement être coûteuse, et sera certainement utile. Sans écoute, la confiance et la participation sont impossibles. Ce processus permettra l’émergence d’idées constructives – ce n’est pas un exercice pour le plaisir.

 Identifiez les points stratégiques essentiels et interrogez les acteurs à ce sujet

Réalisez une analyse FFPM (forces, faiblesses, possibilités, menaces).

  • Quelles sont les préoccupations essentielles des parties prenantes ?
  • Les risques ou menaces clés ?
  • Quelles sont les aspirations principales des entreprises/des parties prenantes/de l’ensemble de la destination ?
  • Quels sont les risques les plus urgents ?
  • Quelles sont les possibilités de faire mieux ?

Regroupez vos réponses à ces questions dans un texte bref pour en discuter avec les parties prenantes. L’élément essentiel de l’exercice est d’identifier les questions clés sur lesquelles les acteurs devront concentrer leurs efforts, mais aussi d’identifier d’autres résultats qui pourraient être atteints. Les meilleures stratégies doivent tenir compte à la fois des intérêts de la conservation et des intérêts des communautés et des entreprises.

Organisez une réunion publique ou un forum de planification de la gestion de la destination (PGD) pour présenter l’orientation stratégique en cours de développement. Dans le meilleur des cas, un grand nombre de personnes y participeront mais, même si la participation est faible et une certaine négativité trouve à s’exprimer, il s’agit là d’une étape cruciale pour élargir la compréhension des acteurs, leur donner la possibilité de contribuer au processus et assurer transparence et responsabilité.

Servez-vous du forum PGD pour définir d’un commun accord les priorités fondamentales du tourisme durable dans la destination. Les cultures et les sociétés emploient des méthodes différentes pour parvenir à un consensus – il n’existe donc pas de méthode universelle à cette fin – mais le fait essentiel est que la destination doit être gérée, que ses ressources sont limitées et qu’il est nécessaire qu’elle se focalise sur certaines et non toutes les activités potentielles.

 Obtenez le soutien des acteurs concernés en vue de l’élaboration d’une stratégie pour la destination

Lors de la réunion publique et des discussions avec les acteurs clés, cherchez à obtenir un mandat et un soutien aux fins du développement d’une stratégie pour répondre aux problèmes essentiels. Les parties prenantes doivent s’engager à soutenir le processus d’élaboration d’une stratégie ; sinon elles risqueraient de l’ignorer ou d’en contester la validité par la suite.

 Développez une stratégie pluriannuelle durable pour le tourisme

Élaborez une stratégie simple à partir de ce que vous savez. Le forum PGD doit avoir atteint un certain consensus sur les questions essentielles : ce consensus doit être enregistré et diffusé pour assurer qu’il soit largement reconnu et respecté, et pour que les acteurs qui n’ont pas participé au forum comprennent le processus en cours.

Une stratégie peut prendre la forme d’un document de plusieurs centaines de pages produit par une équipe de spécialistes pour un coût élevé ou d’un document de format assez simple produit pour un coût faible ou nul. Les deux méthodes peuvent être efficaces. Lorsqu’il n’existe encore aucune stratégie, la production d’un document, même simple, représente un pas en avant et vaut la peine d’être effectuée – et plus un document est concis, plus grandes sont les chances qu’il soit lu !

Votre stratégie doit répondre à la question de savoir « quand », « pourquoi » et « comment » mettre en œuvre les changements désirés, et aussi « lesquels » et sur l’initiative de « qui » ? Elle doit être organisée autour des questions clés identifiées dans votre travail d’analyse des impacts et des opportunités (Guide 1) et de la consultation des parties prenantes. La stratégie doit exprimer une vision simple reflétant les aspirations des parties prenantes – c’est-à-dire, dans l’idéal, viser à protéger certaines choses importantes en améliorant l’expérience des visiteurs et en assurant plus efficacement la réalisation des résultats souhaités par la communauté hôte et les entreprises locales.

Efforcez-vous de maintenir un lien entre les aspirations des parties prenantes et la préservation du site en créant des opportunités pour les entreprises et pour la communauté – mettez l’accent sur les aspects positifs. La stratégie devrait recenser :

  • Les trois ou cinq problèmes principaux affectant le site
  • Les possibilités de faire mieux
  • Décrire les capacités actuelles et les ressources potentielles en vue de solutions
  • Indiquer les mesures à prendre pour parvenir à la mise en œuvre effective des futures solutions.

Une bonne stratégie doit aborder de façon très directe les problèmes, les risques, les défis, les objectifs, ainsi que les divers rôles et responsabilités. Elle doit prendre en compte les aspects environnementaux, économiques, sociaux, culturels, de qualité, de santé et de sécurité, et les aspects purement esthétiques et touristiques. Quiconque a un rôle à jouer dans la destination doit comprendre ce qu’on attend de lui en la lisant, ainsi que les avantages qu’il y a pour lui à la soutenir. Il pourra être utile de résumer la stratégie en 10 points simples.

Le développement de la stratégie exige aussi de réfléchir soigneusement aux scénarios futurs et d’examiner les coûts et les avantages de différents objectifs : par exemple si un objectif peut avoir des impacts économiques, écologiques ou culturels indésirables, ou si l’infrastructure requise est réellement faisable et durable.

Chaque destination doit élaborer un plan de gestion des crises et des situations d’urgence pour la protection du patrimoine, des habitants locaux, des personnes travaillant dans le secteur du tourisme et des visiteurs, par exemple en cas de catastrophe naturelle, d’explosion sociale ou d’autres événements susceptibles d’entraîner des dommages de grande envergure pour le site du patrimoine mondial ou l’ensemble de la destination.

 Assurez la publication et la promotion de la stratégie

Efforcez-vous de « vendre » la stratégie en mettant en avant les avantages qu’il y a à la soutenir. Vous devez parvenir à convaincre différents acteurs que la promotion de cette stratégie – et le fait de participer activement à sa mise en œuvre – aboutira à des résultats souhaitables et sera source de bénéfices pour l’ensemble de la destination et, en particulier, pour les entreprises et les communautés qui en font partie. Si elle parvient à marier de façon efficace les considérations socioéconomiques et les besoins de la conservation, votre stratégie offrira à tous les acteurs un espoir pour l’avenir et servira de feuille de route pour la réalisation de leurs aspirations.

Cherchez aussi à intégrer la stratégie dans les politiques de gouvernance. Même si tous les acteurs ne peuvent se mettre d’accord, il est nécessaire qu’ils puissent voir sur quelle base les décisions stratégiques ont été prises, exprimer leur point de vue, comprendre que certaines exigences de conservation des sites du patrimoine mondial sont effectivement non négociables et constater que le processus est transparent et fondé sur la responsabilité.

Mettez votre nom dessus : une stratégie doit avoir un auteur. Dans le meilleur des cas, le maire de la destination doit déclarer publiquement qu’il prend à son compte la stratégie en indiquant clairement que c’est à lui de faire qu’elle devienne réalité. Cela est important pour exprimer l’engagement public à l’égard de la stratégie, engagement qui est indispensable à sa réussite.

La présentation compte pour beaucoup. Il n’existe pas de règles à cet égard mais la présentation doit mettre en valeur les messages essentiels et inciter à l’action. Nous vous encourageons à présenter votre stratégie d’une manière nouvelle : il n’est pas nécessaire de le faire sous la forme d’un document ennuyeux et un peu intimidant ; vous pouvez aussi bien utiliser un film court-métrage, un exposé, un discours, une bande dessinée, une affiche à diffuser ou une autre forme de communication. Beaucoup trop de stratégies échouent à cause du manque de participation et d’une communication inadéquate ; c’est pourquoi vous devez réfléchir soigneusement à la présentation de votre stratégie, pour qu’elle soit remarquée, comprise et respectée par les publics que vous visez. Après tout, plus votre campagne d’information touchera de gens, plus grandes seront les chances que les acteurs s’approprient votre stratégie.

 Désignez l’organe ou les organes qui seront responsables des différents éléments de la stratégie

Les sites du patrimoine mondial bien gérés et les grandes destinations touristiques se caractérisent par une direction forte, une collaboration efficace avec les partenaires et une bonne gouvernance. On peut considérer que le facteur déterminant du point de vue du tourisme durable est l’existence d’une structure de gestion solide et responsable, apte à faire advenir des changements positifs lorsque cela est nécessaire.

On ne peut présupposer un modèle unique de gestion durable des destinations car les sites du patrimoine mondial sont très divers du point de vue du contexte social, culturel, politique et économique. L’essentiel est l’existence d’une organisation ou d’un partenariat doté des capacités, des connaissances, des compétences et de la volonté de susciter des changements positifs. Certaines destinations disposent déjà d’organes de gestion ou de structures de partenariat adaptées à leurs fins ; d’autres devront les créer. Dans l’un et l’autre cas, cependant, des décisions difficiles devront être prises : la gestion d’une destination implique fréquemment de savoir dire « non ». Un élément essentiel de la planification stratégique est la mise en place d’un mécanisme de gouvernance ou d’un partenariat apte à mobiliser le soutien, les ressources et, en définitive, l’autorité nécessaire à l’application d’une stratégie.

 Encouragez la discussion et le retour d’information

Publiez la stratégie à l’intention du plus grand nombre possible d’acteurs. Il est sans doute plus facile d’élaborer une stratégie à huis clos avec un petit groupe d’experts mais, aussi tentante que soit cette approche, elle ne peut conduire qu’à l’inefficacité. Vous devez être courageux et faire participer dès que possible les parties prenantes des entreprises, de la communauté locale et du tourisme au processus de conception de la stratégie : leur point de vue est précieux et ils auront un rôle décisif à jouer dans la mise en œuvre des changements futurs. Si vous ne vous efforcez pas de les faire participer dès le début, ils ne vous croiront pas lorsque, par la suite, vous essaierez de les convaincre que vous souhaitez, dans leur intérêt, que le processus soit un processus inclusif et ouvert.

Même en cas de désaccord de certaines parties prenantes, recherchez les moyens d’obtenir leur soutien. Au début, la stratégie en faveur du tourisme durable ne recevra pas l’assentiment général. Cela est tout à fait normal. Dans de nombreuses destinations qui ont réussi, le processus s’est heurté à une certaine opposition mais on s’est efforcé de cultiver soigneusement l’intérêt et le soutien des opposants au fur et à mesure de l’évolution du projet. Maintenez la communication avec eux, en particulier pour leur montrer que leurs intérêts sont pris en compte dans les mesures envisagées et que celles-ci leur seront en définitive bénéfiques. Les individus manifestent une certaine méfiance à l’égard du changement : l’essentiel est le maintien d’une communication positive, ainsi que l’écoute et le respect du point de vue d’autrui.

 Réévaluez régulièrement la stratégie

Une stratégie doit être considérée comme un document de travail pouvant être régulièrement révisé afin de prendre en compte l’évolution de la destination, de l’économie du tourisme, du statut de conservation du site et des besoins de la communauté locale. Il est essentiel de surveiller en permanence l’efficacité de la stratégie et de vérifier que les partenaires lui accordent en priorité le temps et les ressources en argent et en personnel nécessaires pour la bonne réalisation de ses objectifs. Les parties prenantes doivent discuter au moins une fois par an des progrès accomplis au regard des objectifs de la stratégie, en apportant de nouvelles données sur les questions importantes.

Il est essentiel aussi de prévoir l’avenir. Le tourisme doit évoluer au fur et à mesure que se développe la communauté, afin de pouvoir continuer à offrir des opportunités de haute qualité. En tenir compte – et faire preuve de flexibilité dans la stratégie et la gouvernance – est important pour le développement du tourisme.

Une stratégie n’est jamais achevée ; il s’agit toujours d’un work-in-progress, qui évolue en permanence afin de tenir compte des défis que doit surmonter une destination.

Download a PDF version of this guide
Votre stratégie doit répondre à la question de savoir « quand », « pourquoi » et « comment » mettre en œuvre les changements désirés.

Exemples de bonnes pratiques dans le monde

pinterest